La route des épices et Stone Town – Zanzibar

Voici deux options de visites à réaliser sur l’île de Ungunja de Zanzibar. Nous avons opté pour une combinaison de ces deux activités car les visites ne sont pas loin l’une de l’autre.

Stone Town :

À refaire, je logerai quelques jours à Stone Town en début de séjour (mais pas trop car il y fait étouffant) pour explorer en profondeur ce que cette ville a à offrir. Vous apprécierez les balades en bord de la promenade avec l’effervescence de la ville, les petites échoppes et les chapatis sur les grilles sans oublier les appels à la prière en fond sonore… L’air est plus frais au bord de l’océan mais une fois dans les méandres de la ville, il devient juste irrespirable. Peut-être que, comme nous étions basé à Paje où le vent soufflait tout au long de la journée, nous ressentions plus intensément cette sensation. Si vous arrivez par l’aéroport ou en bateau de Dar Essalam, restez y deux nuits au moins avant de vous aventurer vers d’autres coins de l’île ou vers d’autres îles de l’archipel .

La ville et son architecture vous plongent dans une espèce de passé colonial qui ne peut vous laisser indifférent. Les vieilles façades sont souvent tristement négligées elles vous charmeront malgré tout. On aime les ruelles, les enfants revenant des cours en uniforme, la mixité de la population… Une ambiance vive dans ses bruits et nonchalante par son climat. Il y a une atmosphère délicieusement exotique qui vous séduira certainement.

À faire :

-Souper au Forodhani Gradens sur la pormenade connu pour ses échoppes de délicieuses spécialités locales, ses artisans, ses musiciens…

-Promenez-vous gratuitement sur le vieux fort. Il n’y a pas grand chose à faire mais c’est idéal pour une petite balade non loin de la promenade.

-Faites un stop devant la maison de Freddy Mercury. Vous l’imaginez grandir là? La vie des gens est pleine de richesses et d’inconnues.

– De la capitale, vous pouvez partir en excursion pour voir les tortues. PRISON ISLAND tour. Vous serez probablement accosté sur la promenade et pourrez négocier. Entrée 4$ et vous pourrez négocier l’excursion dans son ensemble pour 15$ (transport en bateau inclus). Construit pour être une prison, le bâtiment à été un ancien hôpital colonial suite à des épidémies. C’est devenu un lieu de quarantaine fin du 19ème siècle.

-Visitez le musée palace 3$ + pourboire pour votre guide (je vous recommande un guide en fin d’article.). L’histoire des Sultans jouent dans cette découverte de Zanzibar.

– Recueillez-vous et apprenez de l’histoire à l’ancien marché aux esclaves. Lorsque l’on regarde, c’était il n’y a pas si longtemps. 5$ l’entrée +option guide

Notre guide à Zanzibar s’appelle Ahmed est après avoir appris de façon autodidacte le français, il exerce avec fierté son travail de guide. Contactez le par WhatsApp +255686429826. N’hésitez pas à le contacter au préalable car il n’est pas constamment connecté.

Avec Amhed- Exploration Stone Town

La route des épices :

Pour moi, il s’agit d’une activité à faire absolument sur l’île. Il existe plusieurs sites proposant cette visite. En fait, les épices ne sont plus produites sur l’île pour être commercialisées. Les communautés se rassemblent afin d’aménager un territoire avec plusieurs épices et fruits locaux et organisent ces tours. Le parcours est bien pensé et vous apprendrez des choses sans aucun doute.

Saviez-vous à quoi servait la poudre blanche du cœur de la noix de muscade ? L’alcool n’étant pas autorisé, les danseuses orientales mettaient cette poudre dans leurs boissons et celle-ci avait la capacité de les rendre joyeuses (effet pompette il semblerait). Les effets de l’alcool sans alcool. La texture rouge qui ressemble à de la cire est elle utilisée sur l’île par les habitants pour parfumer leurs vêtements. Ils le portent constamment sur eux.

J’ignore par contre la provenance exacte des épices à l’échoppe où sont vendues ces dernières. Seuls les clous de giroffes sont encore produits à Zanzibar et commercialisés internationalement.

Notez que les épices sont moins chères au marché de Stone Town, même si on a tenté de me faire croire le contraire… J’ai en effet joué au petit jeu de la comparaison. J’ai toutefois acheté des épices sur les deux marchés car tout le monde travaille et essaie de gagner sa vie et les prix restent moins élevés par rapport aux tarifs des épices vendues en Europe.

Mes autres articles sur Zanzibar :

Bruxelles – Zanzibar tous les vendredis

Le safari bleu-Zanzibar

Lien de réduction de 30€ pour votre 1er utilisation Airbnb

Rejoignez la communauté laifouine sur Instagram et Facebook.

PORTRAIT – La maison de Rose


Elle? C’est Rose! Ma créatrice coup de cœur dont le travail me touche car je le trouve emprunt de douceur et faisant appel à notre imaginaire. C’est comme entendre une berceuse de notre enfance. Un petit peu de magie en cette période de fête, on adore!

Quand as-tu commencé ce projet artistique? Comment est né l’envie et l’idée de créer?


Quand j’étais petite, je rêvais de tenir un petit magasin avec plein de jolies choses dedans, où je pourrais faire de beaux emballages, décorer. ET SURTOUT je rêvais de tenir mes comptes avec une super machine à calculer avec du papier doublé.
J’ai quand même terminé par en faire une collection 😉

J’ai fait des études secondaires artistiques. La peinture m’a plu de suite…
Je suis une créative dans l’âme…
Quand je suis sortie de l’école, une prof m’a demandé de réaliser son faire-part de naissance.
Je l’ai conçu avec grand plaisir !!! Tout a commencé vraiment là.

J’ai adoré créer sur mesure.

De quel projet es-tu la plus fière (boulot)?


Je suis sortie seule lauréate de ma promo et j’ai exposé à TOUR ET TAXIS. J’ai vraiment découvert le monde artistique à ce moment-là….les expos, les rencontres.
Et en fait, ça ne m’a pas plu…Lol…J’avais envie d’autre chose. Ce quelque chose qui me laisserait vivre avec mon moi intérieur sans devoir le partager avec les autres, sans devoir l’exposer, juste la création et moi.

J’ai ensuite suivi un cursus artistique pour faire un master en peinture…
J’ai été déçue de l’enseignement artistique, dégoûtée des méthodes et j’ai stoppé alors que mon parcours semblait bien parti…
J’ai fait pas mal de petits jobs tout en gardant l’idée de pouvoir un jour créer « La maison de Rose »
D’ailleurs, tu sais, cela fait aujourd’hui 7 ans qu’elle existe…
1 an en tant que société !
J’ai toujours pensé que je vivrais un jour de ma passion…et ça marche !
J’ai passé ma gestion en cours du soir. Ensuite, j’ai été recrutée par AZIMUT et j’ai suivi leurs modules de création d’entreprise. Et je suis devenue une jeune starter !

Es-tu un artisan?


Oui, je suis une artisan. Je travaille tous mes modèles à la main…
Parfois, un seul faire-part demande 8 moyens différents.

Tout est important pour moi : le travail de conception, le graphisme, l’impression, le découpage, le vernis, la 3D, la décoration, jusqu’à l’emballage….

Mon Slogan : « Une histoire, un faire-part. »



Le projet dont je suis la plus fière est surement la création d’univers dans la section de la petite enfance : création de faire-part et remerciement, invitations, parrain-marraine, bonbonnières, livre de naissance, toile…



La rencontre.

J’aime rencontrer des parents qui sont dans la joie d’annoncer l’arrivée de leur bébé.

Ce qui est intéressant, c’est de rencontrer à chaque fois, des personnes avec des projets différents.
Ma sensibilité me permet de comprendre très vite ce qu’ils désirent…
Mon esprit créatif et mes connaissances pratiques font le reste.
Je travaille d’ailleurs beaucoup les papiers d’autrefois et du monde…en commerce équitable !
Mes principaux fournisseurs sont Rani et Lamali.

Je fais partager à mes clients cette envie de papiers d’ailleurs et souvent ils marchent avec moi…

Ils peuvent parfois tomber amoureux d’un papier dont la production est à l’arrêt faute de temps et de moyens au Népal. Ça c’est de l’imprimerie !

Je suis en quelque sorte leur pinceau ?
Tout cela pour te dire que ce travail est moi. Je leur offre un peu de moi, ils m’offrent un peu de leur vie, c’est juste un bel échange.
Je rentre dans leur intimité, je crée et ensuite je m’éclipse…Parfois, c’est dur.

 Je leur offre un peu de moi, ils m’offrent un peu de leur vie, c’est juste un bel échange

Entre nous, je garde souvent de bons contacts avec mes parents…et il arrive que certains reviennent auprès de moi pour d’autres projets !

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui veulent se lancer ?

Le conseil à donner est peut-être de ne jamais laisser tomber ses rêves et surtout avant de se lancer :
S’entourer, se créer un réseau, et avoir de bons outils, Etre réaliste et connaitre ses faiblesses.
Merci Rose pour ce partage et pour tes belles créations.

Une histoire, un faire-part.

La maison de rose vous convie dans un monde de poésie où les papiers, d’ici et d’ailleurs,

donnent à vos cartes et faire-parts un caractère artisanal et unique.

Contact : 

TOURNAI

lamaisonderose@hotmail.be

0493/73.88.90

La maison de Rose

Facebook La maison de Rose